contempo-reine

31 octobre 2016

2017- L'année politique. A l'heure où j'écris ces quelques mots, je compose un roman, ou plutôt je me débats péniblement avec les résistances narquoises d'une architecture romanesque dont les fondations ne sont rien d'autre que les ruines de "notre paysage politique", selon la formule consacrée par des journalistes plus ou moins compétents. Au-delà de ce que ces mêmes journalistes nous livrent parcimonieusement, partiellement ou pas du tout -puisque des informations de premier plan ne sont accessibles que par une forme de... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 19:37 - Permalien [#]

22 août 2016

Ray's Day, "De quels feux ?" en lecture intégrale.

Pour ma seconde participation au Ray's Day, chaleureuse manifestation littéraire marquant l'anniversaire de la mort de Ray Bradbury chaque 22 août, et pour laquelle nouvelles, récits inédits peuvent être présentés en toute liberté et gratuité (ici: Le 22 août prochain, fêtons la lecture, les auteurs et les livresEn 2012, Ray Bradbury s'est définitivement envolé pour Mars. Avec son départ, nous avons perdu un amoureux des livres comme il en existait peu. La passion que Bradbury entretenait pour les livres, les bibliothèques et... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 10:30 - - Permalien [#]
20 août 2016

Remise en ligne d'un vieil article à l'orée du rien : de la rentrée littéraire. 26 septembre 2012 Au-delà de l'horizon technique On sait que le terme "littérature" est sujet à controverse incessante, tantôt stérile -rappelons-nous les visions structuralistes du texte comme un univers clos sur lui, dont l'existence ne renverrait qu'à lui-même (l'autotélicité)- tantôt fructueuse -avec ses apports de sens importants comme les lectures marxistes de Lucien Goldmann par exemple (doit-on être marxiste pour goûter la justesse de ses... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 12:50 - Permalien [#]
28 juillet 2016

Une lecture de L'arracheur des petites âmes, roman de Grégory Mion.

  L'arracheur des petites âmes par Gregory MionL'arracheur des petites âmes par Gregory Mion Illustration : Jon Ho Frais de port : 3,95€ Boston. Zachary Bannerman est ingénieur dans le secteur de la finance. Propulsé par la réputation de sa famille et une intelligence rare, il a fait son chemin. Il regarde la vie de haut.http://lesoccultes.com Une invitation exigeante à dépasser le mobile apparent. Une lecture de L'arracheur des petites âmes, roman par Grégory Mion, Editions Les Occultés. Est-ce une galéjade que ce... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 15:55 - Permalien [#]
03 juillet 2016

De quels feux ?

  Lectures estivales 2016 Archives - La Bauge littéraireLe soleil tape fort sur l'Europe, les plages com­mencent à se rem­plir, et le San­glier a l'honneur d'inaugurer l'édition 2016 des Lec­tures esti­vales avec un texte spé­cia­le­ment com­posé pour cette occa­sion. Par une auteure, qui plus est, dont le seul nom rap­pelle aux habi­tués de la Bauge de très bons sou­ve­nirs.https://baugelitt.eu C'est la seconde fois que le site de La Bauge littéraire me fait l'honneur d'accueillir une de mes nouvelles pour son festival... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 10:04 - - Permalien [#]
29 avril 2016

Une lecture de La vingt-cinquième heure de Virgil Gheorghiu.

Quelques pensées inspirées de La vingt-cinquième heure de Virgil Gheorghiu, 1949,(Plon)   Est-il donc une idée qui n'ait tôt ou tard rencontré sa finitude, sa limite -intrinsèque, dictée par ses propres impasses, ou extrinsèque, par une lutte qui aurait eu raison d'elle- un peu comme un corps qui lui aussi est voué à mourir ? Je ne suis pas philosophe pas plus que critique, mais le côtoiement régulier des livres, cette nécessité éprouvée de comprendre en mettant moi-même la main à la plume, ces deux actions -donc- qui... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 11:51 - Permalien [#]

28 février 2016

Synchroniques - suite de l'hommage à S.Bellow, Herzog

Pour la première partie de cet hommage rendu à Saul Bellow, voir le billet de blog précédent. Synchroniques. Saul Bellow, Herzog (IIème partie) Oh, pourquoi ce livre après tout ? Pourquoi ne pas l'oublier ou faire semblant de l'avoir lu, comme la plupart des cumulards intellectualo-médiatiques qui n'arrivent plus à déterminer clairement, entre toutes les oeuvres écrites, l'apport de l'une, majeure pour la sensibilité ou l'intelligence, de l'autre, légère et de moindre envergure ? Pourquoi aura-t-on préféré Philip Roth à Saul... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 23:37 - - Permalien [#]
20 février 2016

Synchroniques II- un hommage à Herzog, roman de Saul Bellow.

Synchroniques II - A tribute to Saul Bellow -Part one- (Herzog est le personnage éponyme du roman de Saul Bellow, Gallimard, 1966,traduction Jean Rosenthal)  J'avais vingt-quatre ans, et je n'en savais pas beaucoup moins que vingt ans plus tard, à mes quarante-quatre ans que je fêterai dans quelques jours sans l'enthousiasme d'une avancée décisive dans le territoire de la sagesse ou du moins, d'un état d'esprit qui me permettrait de regarder l'intérieur, l'extérieur, sans exagération, sans déperdition de chaleur non plus. ... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 21:38 - - Permalien [#]
18 février 2016

Synchroniques des miettes

Synchronique I. En mon naufrage, le miroir du vôtre. Je suis si lasse et si la plume ne me tenait pas par le bout du nez une nouvelle fois, je m'en serais remise à l'odeur de la défaite qui imprègne désormais chaque foyer, chaque atome de ce pays jusqu'à la nausée, ou plus vraisemblablement jusqu'à une progressive accoutumance où l'impuissance ne cause plus de souffrance. J'écris encore par un acte de dérision totale, guidée par la seule nécessité intérieure que le reliquat de maigre énergie au fond de la coupe bue jusqu'à la lie,... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 18:43 - - Permalien [#]
17 janvier 2016

Il ne reste rien à dire.

Qu'est-ce qui a échappé à l'analyse et à la tentation théorique ? Rien. Tout est dit qui inhibe les joies et les douleurs. On pense la douleur, on pense la joie, on se regarde à penser la joie et la douleur. Un jour, néanmoins, on souffre vraiment : aucun mot ne dénoue plus rien, et plus encore, le mot insulte la pureté intenable de la douleur. L'indicible a été incarcéré dans le mot d'"indicible", d'"ineffable", aussi ; l'ineffable a reçu de lourdes interprétations et, par diverses stratégies de contournement, il a été appréhendé... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 16:01 - - Permalien [#]