contempo-reine

17 juin 2017

Nue et vêtue.

I- Le vide est ce qui se rapproche le plus de la liberté. La chute est libre, la roue qui tourne à vide est "libre". Et l'homme libre ? Ecrasé au pied d'un immeuble, corps en bouillie dans une mare de sang. Un beau cliché de la noblesse antique de l'Homme, sans doute. Non, l'homme libre contemporain n'ira pas jusque là. Il prendra un avocat et fera valoir ses droits d'homme libre qui passeront d'abord par sa reconnaissance de "victime", dernier alibi en date pour accéder sans encombre à l'idéal de dépassement des contradictions. Que... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 16:53 - Permalien [#]

23 mai 2017

La mère coupable.

Pardon de ne pas pouvoir repousser les ténèbres loin de vous, de votre innocence, de votre enfance. J'ai bien spéléologué dans ce tunnel pourtant avec ma seule ampoule d'espérance pour nous sortir de l'étroit goulot saturé de bilans desquels votre genèse sera hélas déjà grevée, votre paradis perdu au fond des entrailles des erreurs recommencées. Oh, ne me haïssez pas : je vous ai portés humainement et je n'ai pas eu la vulgarité de ne penser qu'à moi. Le sacrifice ne me fait pas peur et ma vie m'est moins précieuse que la vôtre, mais... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 18:34 - Permalien [#]
11 mai 2017

A l'auberge du pus psychique

A l'auberge du Pus Psychique, j'ai ma table réservée depuis pas loin d'un an. Traitement de faveur m'a-t-on assurée avec une tape amicale dans le dos : "Avec de l'assiduité, ta quote-part versée à l'enfer sera largement acquittée, mon p'tit." L'aubergiste ne tarissait pas de mots aimables derrière son tablier maculé d'où saillait sa bedaine tendue de mauvaises graisses. Ah pour, ça, j'étais bien accueillie ! La cynique bienveillance du boucher des âmes m'envisageait de ses yeux plissés par un rictus équivoque. Ce retour quotidien vers... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 20:07 - Permalien [#]
11 décembre 2016

Work in progress

  Work in progress : un extrait de mon nouveau roman. Ici, un personnage qui ne voit dans l'Apocalypse à venir que la révélation du Néant. "Le Texte primordial, cette recherche obsédante à laquelle il avait songé mettre un terme presque autoritairement en revenant à la Genèse, comme par un décret artificiel stipulant que tout le travail intellectuel bien mené doit conduire à la conclusion pour rentrer le bateau au port, le Texte qu'il avait cherché, trop disséminé dans les milliers de pensées, de romans, de poésies, commentés à... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 22:22 - Permalien [#]
31 octobre 2016

2017- L'année politique. A l'heure où j'écris ces quelques mots, je compose un roman, ou plutôt je me débats péniblement avec les résistances narquoises d'une architecture romanesque dont les fondations ne sont rien d'autre que les ruines de "notre paysage politique", selon la formule consacrée par des journalistes plus ou moins compétents. Au-delà de ce que ces mêmes journalistes nous livrent parcimonieusement, partiellement ou pas du tout -puisque des informations de premier plan ne sont accessibles que par une forme de... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 19:37 - Permalien [#]
22 août 2016

Ray's Day, "De quels feux ?" en lecture intégrale.

Pour ma seconde participation au Ray's Day, chaleureuse manifestation littéraire marquant l'anniversaire de la mort de Ray Bradbury chaque 22 août, et pour laquelle nouvelles, récits inédits peuvent être présentés en toute liberté et gratuité (ici: Le 22 août prochain, fêtons la lecture, les auteurs et les livresEn 2012, Ray Bradbury s'est définitivement envolé pour Mars. Avec son départ, nous avons perdu un amoureux des livres comme il en existait peu. La passion que Bradbury entretenait pour les livres, les bibliothèques et... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 10:30 - - Permalien [#]

20 août 2016

Remise en ligne d'un vieil article à l'orée du rien : de la rentrée littéraire. 26 septembre 2012 Au-delà de l'horizon technique On sait que le terme "littérature" est sujet à controverse incessante, tantôt stérile -rappelons-nous les visions structuralistes du texte comme un univers clos sur lui, dont l'existence ne renverrait qu'à lui-même (l'autotélicité)- tantôt fructueuse -avec ses apports de sens importants comme les lectures marxistes de Lucien Goldmann par exemple (doit-on être marxiste pour goûter la justesse de ses... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 12:50 - Permalien [#]
28 juillet 2016

Une lecture de L'arracheur des petites âmes, roman de Grégory Mion.

  L'arracheur des petites âmes par Gregory MionL'arracheur des petites âmes par Gregory Mion Illustration : Jon Ho Frais de port : 3,95€ Boston. Zachary Bannerman est ingénieur dans le secteur de la finance. Propulsé par la réputation de sa famille et une intelligence rare, il a fait son chemin. Il regarde la vie de haut.http://lesoccultes.com Une invitation exigeante à dépasser le mobile apparent. Une lecture de L'arracheur des petites âmes, roman par Grégory Mion, Editions Les Occultés. Est-ce une galéjade que ce... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 15:55 - Permalien [#]
03 juillet 2016

De quels feux ?

  Lectures estivales 2016 Archives - La Bauge littéraireLe soleil tape fort sur l'Europe, les plages com­mencent à se rem­plir, et le San­glier a l'honneur d'inaugurer l'édition 2016 des Lec­tures esti­vales avec un texte spé­cia­le­ment com­posé pour cette occa­sion. Par une auteure, qui plus est, dont le seul nom rap­pelle aux habi­tués de la Bauge de très bons sou­ve­nirs.https://baugelitt.eu C'est la seconde fois que le site de La Bauge littéraire me fait l'honneur d'accueillir une de mes nouvelles pour son festival... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 10:04 - - Permalien [#]
29 avril 2016

Une lecture de La vingt-cinquième heure de Virgil Gheorghiu.

Quelques pensées inspirées de La vingt-cinquième heure de Virgil Gheorghiu, 1949,(Plon)   Est-il donc une idée qui n'ait tôt ou tard rencontré sa finitude, sa limite -intrinsèque, dictée par ses propres impasses, ou extrinsèque, par une lutte qui aurait eu raison d'elle- un peu comme un corps qui lui aussi est voué à mourir ? Je ne suis pas philosophe pas plus que critique, mais le côtoiement régulier des livres, cette nécessité éprouvée de comprendre en mettant moi-même la main à la plume, ces deux actions -donc- qui... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 11:51 - Permalien [#]