Purification, nouvelle érotique.

Présentation, accès au lien.

Rituellement, tous les deux ans désormais, j'aime interrompre le cours de mes créations sérieuses, de mes introspections métaphysiques, pour collaborer au "sexstival" de Thomas Galley, - festival d'été de littérature érotique- dont vous trouverez le lien à la fin de cette courte présentation, lien qui vous mènera au site, au texte critique de Thomas Galley lui-même ainsi qu'à la nouvelle portant le titre de Purification, en accès libre, gratuit, selon la philosophie qui est la mienne, à savoir que les textes doivent circuler le plus possible pour être lus, et ce, sans attendre l'amont des éditeurs et l'aval de la maigre rémunération des auteurs : à espérer ces deux choses, je crains que la mort ne m'attrape déjà toute desséchée sans même avoir à accomplir son travail de décomposition. Et comme elle aura le dernier mot, je préfère me placer du côté de la vie créatrice plutôt que de celui des quêtes vaniteuses de la reconnaissance des circuits officiels qui vous tuent un homme bien plus sûrement que les affres de la création, pourtant immenses. Heureusement, -et le site sur lequel paraît ma nouvelle en est une belle illustration grâce au soin extrême apporté par son serviteur, Thomas Galley- si la vie est cruelle pour la littérature française aujourd'hui plus que jamais, elle sécrète toujours des ruses, creuse des voies souterraines pour fleurir à côté d'une terre gaste. C'est la voie que j'ai empruntée et que Thomas, que je ne remercierai jamais assez pour sa confiance, sa réception ouverte aux audaces, ne craint pas de relayer.

Quand je dis que j'aime interrompre le cours de mes créations sérieuses avec une nouvelle érotique, je ne suis pas tout à fait honnête, et même pas du tout. L'érotisme, pour quiconque se penche dessus pour en comprendre l'incontrôlable flux plutôt que de le subir dans le défilé des propositions fantasmées qu'il se plaît à placer dans nos corps et cervelles sexués, renvoie nécessairement à la question de l'origine et donc, pour nous humains, du langage et de ce qui le précède ; ce en quoi l'amour physique serait une façon de rejouer en étreinte ce moment primordial des contraires de la condition humaine, le passage débridé de l'énergie première à l'ordre du langage ; l'érotisme, dans cette mesure, est la matrice même de la littérature en ce qu'elle est la tentative analogique de (re)produire le geste de la création, le passage du Souffle tourbillonnant sur les abymes à "Que la lumière soit !". L'on verra, dans Purification, une héroïne, Nora et son amant de quelques jours, Philippe, retrouver ce moment fondateur de cette grande collision d'atomes et sentir ce foudroyant passage vers une dimension qui ne peut se donner qu'à travers quelques expériences : l'art, la mystique, l'amour en esprit et en chair, expériences toutes connexes à l'érotisme. Un érotisme digne de ce nom devrait prendre en considération ces trois dimensions, et c'est je crois, ce que j'ai tenté de déployer dans cette nouvelle avec les moyens qui sont les miens. Pour l'art, tenter de confondre l'appétit des corps et les mots qu'ils suscitent -réaliser le désir dans le texte même-, en espérant que le lecteur éprouvera dans les sensations de son corps, la folie qui s'empare de la tête à l'approche de certaines combinaisons de mots. Pour la mystique : la recherche de la grâce chez Nora et la sensation de l'avoir trouvée avec Irène après quelques stations de douleur où elle a dû éprouver la vulgarité de l'époque vouant un culte à la médiocrité spirituelle (son ancien mari), l'échec d'une rencontre (Marc), l'espoir mensonger d'une autre rencontre (Philippe) : astre somptueux revêtant toutes les apparences de l'idéal détournant délicieusement un instant l'héroïne de sa quête de vérité.  Mystique et érotisme se conjuguent ici dans les signes à déchiffrer, leur absence même et la foi portée un instant sur leur présence : le moment de prière sous les étoiles après la nuit passée chez Irène, trouve cette grâce. Enfin, l'amour en esprit et en chair, l'altérité, le corps de l'autre uni à son âme et son esprit, la singularité irréductible à laquelle souvent l'on se heurte car l'amour humain est peut-être le plus miraculeux des miracles quand il se réalise dans cet accord trinitaire -corps, âme, esprit-, et pour ainsi dire moins réaliste que la foi en Dieu qui au moins se tient éloigné, muet, absent des affaires humaines, sans promesse d'épiphanie (c'est la Juive qui parle ici), à part dans un Livre qui maintient son Nom en tétragramme énigmatique. Nora le sait, et elle sait aussi que son ancien mari, comme la plupart des humains, préfère les petits plaisirs de la vie terrestre à la Grande Trouvaille de l'Amour placée sur un plan spirituel ou humain. Grâce à son comportement de mari pris dans un banal démon de midi, elle comprendra que telle n'est pas sa voie, que son âme a faim de totalité et que la solitude sera préférable, bien qu'ardue, au renoncement de la grande beauté. Ainsi, le titre, Purification, pourra être aisément compris comme la démarche consistant à se débarrasser peu à peu de ce qui ment, qui détourne, qui scintille faussement et pourtant dont tant se contentent dans notre monde où le véritable Eros n'est plus, cette recherche du miracle dont le modèle dans notre Occident chrétien serait peut-être Abélard et Héloïse (avant l'horrible sort d'Abélard) qu'un échange de tuyauteries consenties où le désir n'amène plus l'excitation de la Connaissance (au sens biblique) mais à un perpétuel renflouement narcissique. 

Reine Bale.

Et maintenant, la nouvelle ! Bonne lecture !

 

Reine Bale, Purification -

Je considère ma collaboration avec Reine Bale un des plus grands succès des Lectures estivales, imaginez donc mon plaisir de pouvoir vous présenter, pour l'édition 2018 de ce sexstival , un texte écrit expressément pour la Bauge littéraire par cette autrice remarquable qui porte le Midi dans l'âme, sa plume trempée dans un sol qui a vu passer tant de civilisations, et qui sait brosser des portraits à vous couper le souffle, qu'il s'agisse de paysages, d'états d'âme ou bien des hommes et des femmes qu'elle vous fait croiser dans ses romans et ses nouvelles.

https://baugelitt.eu