05 février 2012

Questions-réponses de l'entre-moi

Reine, -Une lettre, encore, je vous prie... Bien que mortes, ces lettres seront à verser au compte des monuments de l'oubli. Et l'oubli ne nous oublie jamais ! -Je ne me ferai pas prier ; plus j'écris à vide, plus je touche l'infini. Il y aurait des millions de lettres à écrire ; où donner de la tête ? Le tri est sévère bien qu'un relent démocratique me fasse regretter ponctuellement la relégation de l'une d'entre elles. Je me souviens du roman de Gide, Les faux-monnayeurs dont la mise en abyme résonne... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 17:51 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 janvier 2012

écrivain et engagement politique.

Lettres mortes, X- A un blogueur pertinent d'impertinence, Vous m'avez signalé fort justement que ma position d'écrivain -même modestement lu- ne devait se réduire à traduire une distance raisonnable avec les choses, le monde, moi-même. Qu'il serait grand temps enfin que les intellectuels, qui n'ont de cesse de regretter la perte du sens des mots, l'absence d'engagement de l'individu dans la société, la tragique déliquescence de la démocratie en ce que Tocqueville avait si bien pressenti, l'accès de masse à... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 17:17 - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2012

Inventaire

Périodiquement, je rappelle l'orientation de ce blog. Il est temps d'en recenser brièvement le contenu et l'esprit qui l'anime pour tous ceux, qui au gré du hasard, y sont renvoyés par le jeu des mots-clé. Ceci est un blog littéraire, non pas de critique littéraire, ni d'humeur littéraire, mais bien d'"essence littéraire". J'y défends une certaine conception de la littérature contemporaine que je m'applique à moi-même. Mon parti pris est celui d'aborder, qui d'une problématique politique, qui d'un... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 17:25 - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 janvier 2012

Lettres mortes- IX- Adieu la civilisation

Lettre à un étranger, Non pas de nationalité, non pas de langue mais bien de moeurs, de culture, et si j'ose dire d'"approche métaphysique". Vous êtes jeune, encore au lycée, pas tout à fait homme, plus tout à fait enfant, l'on vous ramasse parfois le samedi soir en état de coma éthylique, -une grande fierté-, et votre mot d'ordre est "profiter". La camaraderie est le noeud gordien de votre système et vous n'imaginez pas un seul instant vivre un moment de solitude "plein". Tout d'ailleurs s'organise ici... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 12:58 - Permalien [#]
Tags : , ,
31 décembre 2011

Lettres mortes VIII- A une vieille amitié-

Cher orgueil, Tu as lourdement travaillé à ta sauvegarde. Quelques lettres de refus "type" ont permis de réajuster tes ambitions ; on peut même dire que ta discrétion, qualité étrangère à ta véritable nature, en se forçant un passage, a su fléchir en toi la morgue. Etrangement, mon cher orgueil, tu t'es paré d'humilité, et même ainsi, tu ne renonces pas à toi-même. Plus fier allié dans ce que je crois être une reconnaissance légitime, tu m'apportes la folie nécessaire pour continuer à me... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 12:22 - Permalien [#]
Tags :
25 décembre 2011

Lettres mortes VIII- Où il est question d'amour, quand même.

Lettre à ceux que je ne me pardonne pas d'aimer, A commencer par cette vilaine crapule de banlieue, vérolée jusqu'au trognon d'un racisme aussi rance qu'imbécile, et pourtant, pas épargnée par le génie : Céline, belle salope. Tu m'apparais, non pas docteur, non pas blessé de guerre, non pas amoureux d'une danseuse, mais carré dans un fauteuil tapissé "vieille mode" à pester contre la méchanceté du monde, au coin d'un vieux poële qui crache un peu, et insuffle par moments une chaleur à des mots coincés dans ta gorge de... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 10:56 - Permalien [#]
Tags :

17 décembre 2011

Lettres mortes VII- Joyeux Noël aux Supérieurs hiérarchiques (au coeur rempli de commisération)

A nos supérieurs hiérarchiques, Qui dans notre pays reçoivent grande considération.  Dans notre vieille nation de courtisans où le humble prend la grâce en courbant l'échine devant le puissant, où le puissant s'indigne vivement de la morgue de certains des ses sujets -et les privera en retour, de la lumière de son auguste regard, le réflexe conditionné de la soumission aura résisté à la plus violente des révolutions de l'Histoire. Quelques décapitations, décollements de tête n'auront pas suffi à appliquer,... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 16:52 - Permalien [#]
Tags :
10 décembre 2011

Lettres mortes VI-lettre à quelques crétins antisémites.

Lettre aux égarés de la blogosphère, Aux cancrelas antisémites qui croient retrouver ici les reflets édifiants de leur crétinerie en tapant en mot-clé "sale juif" ! La fonction qui me permet, sur ce blog, de voir ce qui vous amène ici, par l'enregistrement des mots-clé, m' a été d'un enseignement précieux. Là où certains lisent, comprennent, s'interrogent, cherchent le débat, voire la polémique (que je trouve somme toute nécessaire), vous, vous arrivez avec une batterie de préjugés que je finis par croire,... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 10:57 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 novembre 2011

Lettres mortes V

A l'artiste jaloux, Je vous ai rencontré plus d'une fois au cours de ces dernières années ; j'ai flatté votre création que je trouvais inférieure à la mienne, par politesse, par amitié et par espoir imbécile de profiter de votre réseau. Car de là où je suis, de là où je viens, il faut un peu plus que du talent pour attirer un regard "professionnel" ; je songeais qu'un coup de pouce ne serait pas exagéré, qu'à votre âge, il ne vous en coûterait pas énormément. Et j'ai découvert tout autre chose ; votre obstination à ne... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 17:26 - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 novembre 2011

Lettes mortes -Athéologie

Aux chrétiens, Je lis bien dans votre jeu. A moi, la juive, on ne la fait pas. "Amour, valeurs, compassion, partage" et la vieille antienne. On se demande encore comment de si bons principes ont pu produire de tels désastres. Mais enfin, "partage, communautarisme, bannissement des richesses" tournent autour des cadavres fumants du communisme aussi. L'horreur est à la mesure de l'idéal. Et on se demande bien comment aujourd'hui encore, on peut se vanter d'être communiste sans rougir de honte. Mais la même question... [Lire la suite]
Posté par Reine Bale à 16:52 - Permalien [#]
Tags : , , ,